Je me suis dit que les gens ont souvent des préjugés sur le Canada qui valent la peine d’être démentis. J’ai fait ça à l’arrache et prie pour avoir votre compassion.

Plein de bisous_!

Hello tout le monde,

J’ai récemment découvert le site My Milk Toof, qui relate les aventures de Lardee et Ickle. La créatrice du blog s’est inspirée de ses dents de lait pour créer ces deux personnages, les mets en scène et prends des photos. C’est poétiques, divertissant et mignon. Tout est en anglais mais il n’y a que très peu de texte et les images suffisent à elles seules.

Je tenais à vous faire partager ce site que ‘adore, le lien figurera dorénavant dans mes liens préférés, sur la gauche.

Plein de bisous_!

Ce post est en anglais, mais vous comprendrez qu’il est impossible à traduire.

There is a two-letter word that perhaps has more meanings than any other two-letter word, and that is UP.

It’s easy to understand UP, meaning toward the sky or at the top of the list, but when we awaken int the morning, why do ye wake UP? At a meeting, why does a topic come UP? Why do we speak UP and why are the officers UP for elections and why is it UP to the secretary to write UP a report?

We call UP our friends. And we use it to brighten UP a room, polish UP the silver, we warm UP the leftovers and clean UP the kitchen. We lock UP the house and some guys fix UP the old car. At other times, the little word has real special meaning. People stir UP trouble, line UP for tickets, work UP an appetite, and think UP excuses. To be dressed UP is special.

And this UP is confusing: A drain must be opened UP because it is stopped UP. We open UP a store in the morning but we close it UP at night.

We seem to be pretty mixed UP about UP! To be knowledgeable about the proper uses of UP, look the word UP in the dictionary. In a desk-sized dictionary, it takes UP almost 1/4 of the page and can add UP to about thirty definitions. If you are UP to it, you might try building UP a list of the many ways UP is used. It will take UP a lot of your time, but if you don’t give UP, you may wind UP with a hundred or more. When it threatens to rain, we say it is clouding UP. When the sun comes out we say it is clearing UP.

When it rains, it wets the earth and often messes things UP.

When it doesn’t rain for a while, things dry UP.

One could go on and on, but I’ll wrap it UP, for now my time is UP, so….. it is time to shut UP!

Oh, one more thing:

What is the first thing you do in the morning & the last thing you do at night?

U-P!

Hello tout le monde.

Récemment je me suis rappelée d’une vidéo de foliedefilles qui disait que de temps en temps il fallait faire de petites cures anti-beauté, afin de mieux apprécier les moments où l’on se fait un maquillage très chargé (mais néanmoins joli).

Du coup, je vous ai fait un petit tuto sur un maquillage super léger que j’ai fait presque toute la semaine.

J’espère que ça vous plaira.

Bisous_!

Toujours dans l’idée de mon « guide aux étudiants internationaux », voici quelques petits conseils sur les premières choses à faire lorsque l’on arrive à destination, selon mon expérience.

 

Bavarder avec sa famille d’accueil.

Il est essentiel de réussir à cerner la personnalité de la/des personne/s avec qui vous allez cohabiter pendant un certain temps. Dans mon cas, lorsque je suis arrivée, j’ai discuté avec Mercy pendant une bonne heure. Cela s’est fait le plus naturellement du monde. Elle a appris quelques détails de ma personnalité et j’en ai fait de même avec la sienne. Bien évidemment, un certain niveau de maîtrise de la langue s’implique. Néanmoins, votre hôte appréciera le fait que vous essayiez de communiquer avec lui et fassiez déjà des efforts pour instaurer une bonne entente.

Pourquoi apprendre à connaître cette nouvelle famille ? Simplement pour ne pas avoir de peur ou d’appréhension à l’idée de rentrer « chez vous » tous les soirs. Une bonne entente dans le « home stay » est l’ingrédient majeur d’un séjour linguistique réussi. Il se peut même que votre famille d’accueil fasse partie de votre cercle d’amis. C’est une occasion de vivres plusieurs expériences dépaysantes.

Localiser les points géographiques importants

Durant mon second jour à Vancouver, Mercy m’emmena en balade dans le quartier. Elle me montra le Seven-Eleven (qui est une espèce d’épicerie), mon arrêt de bus, l’arrêt de métro, le centre commercial et m’emmena acheter mon abonnement de transports.

Le lendemain à l’école, après avoir passé le test de capacités, la secrétaire de l’école nous fit faire un petit tour du centre-ville. Elle nous montra la Canada Place, le Seven-Eleven le plus proche, ainsi que les bancomats, la bibliothèque, la principale station de bus et de métro, etc.

Mais ceci peut ne pas être le cas partout, ni dans toutes les écoles. C’est pourquoi si vous n’avez pas accès à une visite personnalisée, je vous conseille fortement de vous munir d’une carte ou d’un plan et de demander à la secrétaire de votre école ou à une agence de tourisme, de vous indiquer les principaux « sites importants à votre survie ». Par là j’entends les endroits où trouver :

– De la nourriture,

– Des titres de transport,

– Des vêtements,

– Des éléments de toilette (brosse, à dent, produit de douche, etc…),

– Un taxi,

– Une banque,

– Les endroits sympas et surs où sortir le soir (parce que quand même, c’est important).

Faire des rencontres

Maintenant que vous êtes correctement installé/e, il ne vous reste plus qu’à commencer de vivre votre propre aventure. La dernière chose que je vous recommanderai de faire dans ce post est de ne pas avoir peur d’aller vers les autres, de leur poser des questions sur leur parcours, leurs expériences vécues durant leur séjour, de vous intéresser à leur culture, de leur demander des conseils, etc. Et n’ayez pas peur de paraître ridicule avec un mauvais accent, ou de ne pas réussir à vous faire comprendre. Lors des séjours linguistiques, une atmosphère spéciale règne au sein des écoles et dans le cœur des gens, qui les rend moins critiques, plus enclins à aider les autres et les petits nouveaux.

Mettez toutes les chances de votre côté pour vivre un merveilleux séjour linguistique.

Bisous_!

Coucou,

De petits conseils en matière de mains et d’ongles, ça vous dit?

BISOUS_!

Un livre que j’ai fini de lire en arrivant à Vancouver, c’est vous dire si ça fait longtemps. Néanmoins, j’ai énormément apprécié ce livre et c’est pour ça que je vous en fait une petite revue.

Quatrième de couverture

Elle aime la photo, il est passionné par les mathématiques. Elle se sent exclue du monde, il refuse d’en faire partie. Chacun se reconnaît dans la solitude de l’autre. Ils se croisent, se rapprochent puis s’éloignent, avant de se frôler à nouveau. Leurs camarades de lycée sont les premiers à voir qu’Alice et Mattia ne comprendront que bien des années plus tard: le lien qui les unit est indestructible.

“Mattia et elle étaient unis par un fil élastique et invisible.”

Né en 1982 à Turin, Paolo Giordano prépare, en parallèle à sa carrière d’écrivain, un doctorat en physique théorique. Il est le plus jeune auteur à avoir été couronné du très prestigieux prix Strega, pour son premier roman La solitude des nombres premiers.

“Un ton rapide, désinvolte, à la fois déchirant et cynique.” – Le Nouvel Observateur

Mon avis

Ce livre fut troublant et sort de l’ordinaire. Il dérange sans vraiment savoir pourquoi. Ild écrit deux personnages hors du commun. Une fois de plus, c’est un livre qui exprime une énorme souffrance et c’est pour ça que je l’ai aimé. Je trouve que lorsque l’on ressent aussi bien ce que l’auteur essaie de nous expliquer, il a atteint son but. car, si l’on y réfléchit, c’est le but d’un livre que de nous faire vivre à travers les joies, peines et peurs des personnages.

Elle est hors du moule social, mais ferait n’importe quoi pour y entrer. Lui en est sorti bien tôt et s’en tiens éloigné. C’est donc impensable que ces deux se plaisent et se conviennent. Et pourtant ils vont si bien ensemble que l’on est surpris de les voir se détacher dans autant de souffrance avec une note de fatalité. Puis chacun fait sa vie de son côté, et l’on comprend qu’ils ne sont pas si heureux.

Un roman touchant que, même si je ne me souviens plus exactement des détails étant donné que je l’ai lu il y a assez longtemps, je recommande à tout le monde.

Extrait

“Les nombres premiers ne sont divisibles que par 1 et par eux-même. Ils occupent leur place dans la série infinie des nombres naturels, écrasés comme les autres entre deux semblables, mais à un pas de distance. Ce sont des nombres soupçonneux et solitaires, raison pour laquelle Mattia les trouvait merveilleux. Il lui arrivait de se dire qu’ils figuraient dans cette séquence par erreur, qu’ils y avaient été piégés telle des perles enfilées, Mais il songeait aussi que ces nombres auraient peut-être préféré être comme les autres, juste des nombres quelconques, et qu’ils n’en étaient pas capables. Cette seconde pensée l’effleurait surtout le soir, dans l’entrelacement chaotique d’images qui précèdent le sommeil, quand l’esprit est trop faible pour se raconter des mensonges.”

Créer une nouvelle bannière, ça demande du travail et du matériel. Beaucoup de matériel.

Me suis bien amusée pour le coup.

Bisous_!

Comment garder de jolies lèvres douces tout au long de la saison froide. Check this out. Enjoy_!

BISOUS_!

“Attention mesdames et messieurs, dans un instant, ça va commencer…”

Et voici notre second petit vlog sur cette aventure incroyable que fut mon séjour au Canada😉. J’y étale un peu mes sentiments, mais le troisième sera plus recentré. J’espère.

Anyways, enjoy😀

Bisous

Edit du 16.01.2012

Un extrait du paradis. Regardez bien, on m’y voit😀

Pendant que j’y pense_!

J'ai découvert que le mot "Geekette" est loin de n'être utilisé que par votre serviteuse. Est-ce qu'un changement de nom du blog s'impose selon vous?

Suis-je la seule à penser que le tact devrait être enseigné à l'école? Non parce que c'est fou ce que certaines personnes peuvent en manquer.