You are currently browsing the monthly archive for février 2011.

Il était temps que je vous fasse un article un peu plus littéraire non? Rassurez-vous le sérieux n’est que de courte durée, je suis sur le point de vous présenter l’un de mes livres préférés: Mon nez, mon chat, l’amour et moi. Confessions de Georgia Nicholson, de Louise Rennison.

Quatrième de couverture

Georgia Nicholson a  14 ans et trouve que sa vie est un enfer! Son chat se prend pour un rottweiler, son père voudrait aller vivre en Nouvelle-Zélande, sa mère porte des jupes trop courtes pour son âge, sa meilleure amie ne perd pas une occasion de lui casser le moral et le garçon le plus canon du quartier sort avec une cruche aux oreilles décollées au lieu de comprendre que Georgia est la femme de sa vie. Enfin, si il n’y avait que ça, elle pourrait survivre, mais il y a cette chose gigantesque au milieu de son visage, son nez!

Unanimement salué par la presse, le journal intime de Georgia Nicholson est un éclat de rire permanent, le portrait juste, tendre et corrosif d’une adolescente d’aujourd’hui.

“Tout le monde a les yeux braqués sur vous et pourtant, vous ne pouvez pas vous empêcher de rire. Eh bien ça, c’était moi dans le métro quand je lisais ce livre épatant.” The Guardian

“Georgia Nicholson raconte tous ses soucis avec un humour dont Bridget Jones peut seulement rêver.” Independent On Sunday

“Encore un journal intime? Oui mais…tellement drôle. Les interrogations obsessionnelles de l’adolescence, observées à la perfecion et traitées avec une finesse pleine d’ironie. Lecture préconisée quel que soit votre âge.” Publishing News

Ce que j’en pense moi

Mon livre préféré, et ce n’est pas peu dire. C’est le meilleur moyen d’oublier la journée pourrite que vous venez de passer. Il suffit de lire le premier paragraphe pour être conquis!

Voyez seulement: “Oncle Eddie est passé voir papa et, comme de bien entendu, il a fallu qu’ils viennent rôder tous les deux dans ma chambre pour voir ce que je faisais. Si oncle Eddie (qui est plus chauve que chauve) me dit encore une fois: “Dis, tu crois que ça se tartine les boules de billard?”, je crois que je me tuerai. Il n’a pas l’air de se rendre compte que ça fait un moment que j’ai remisé la barboteuse. J’ai envie de lui hurler à la tronche: “J’ai quatorze ans, oncle Eddie! Je déborde de féminité! Je te ferai dire que je mets un soutif! D’accord, je ne le remplis pas et il lui arrive de remonter jusqu’au cou quand je cours pour attraper le bus… mais mon potentiel femme est là, Tête d’OEuf!”

Il faut dire que Madame Louise Rennison a su créer un univers complétement barré autour de cette chère Georgia. Entre sa meilleure potesse qui est plus dingue que dingue, ses parents plus névrosés que la névrose et le langage Georginien qui est carrément contagieux, y’a de quoi se taper des délires, des vrais!( rien que dans ce paragraphe, j’ai adopté le langage typique de la donzelle).

J’aime sa façon d’inventer des termes, de détourner les expressions les plus courantes, de créer des situations totalement irrésistibles qui font que, vous avez beau avoir les paupières plus lourdes que des enclumes, lâcher ce livre avant la fin est impossible. Chaque fille y trouvera des pensées ou des questions qui lui sont déjà passées par la tête et explosera de rire en réalisant quelle réponse Georgia y a trouvé. En un mot: SUBLIME!

Je l’ai tant lu, relu, re re lu, prêté, re prêté, re re BREF, il perd ses pages, j’hésite à le racheter! Voyez vous-même:

Conclusion: lise-le, c’est un IN-DIS-PEN-SABLE!

Un seul tome ne suffit pas! Ici, la liste par ordre chronologique:

1. Mon nez, mon chat, l’amour et moi

2. Le bonheur est au bout de l’élastique

3. Entre mes nunga-nungas mon coeur balance

4. A plus, Choupi-Trognon

5. Syndrome allumage, taille cosmos

6. Escale au pays du Nougat en folie

7. Retour à la case égouttoir de l’amour

8. Un gus vaut mieux que deux tu l’auras

9. Le coup passa si près que le félidé fit un écart

10. Bouquet final en forme d’hilaritude

BISOUS_!

Chers lecteurs, chères lectrices,

Je rentre tout juste du cinéma où, avec mon chéri, nous sommes allés voir le film qui fait tant parler de lui: Black Swan!

Autant vous le dire tout de suite, j’ai adoré Requiem For A Dream, du même réalisateur, Darren Aronofsky. J’aime ces atmosphères angoissantes, carrément flippantes, qui vous mettent aussi mal  à l’aise que possible. Si vous êtes comme moi, vous allez aimer, que dis-je, adorer Black Swan. La rumeur selon laquelle un Oscar serait reservé à Nathalie Portman est, selon moi, tout à fait justifiée!

Je ne souhaite pas vous révéler la finalité de l’intrigue, cela dit les amis: WAOUH! Vous connaissez sûrement déjà le principe, Nathalie Portman incarne une jeune femme qui rêve de devenir la reine des cygnes, du célèbre opéra de Tchaïkovski et du jour au lendemain tout dégénère. La musique vous transporte, la caméra portée à l’épaule vous intègre complètement au scénario, vous en faites carrément partie, vous retenez votre souffle, vous sursautez, plus d’une fois d’ailleurs! Aucune longueur ne vient ternir la beauté de ce film. Les effets spéciaux, soigneusement dosés, font se rencontrer la rationalité et l’irréalisme dans un ensemble horriblement féérique. En deux mots: J’A-DO-RE!

Seul point noir: la fin. Oui j’avoue avoir été un tantinet déçue par la chute que j’estime un peu trop… facile dirons-nous. Cela dit, si vous voulez savoir de quoi je parle, courrez acheter vos places dans le premier cinéma qui se trouve sur votre chemin, ce film est un chef d’oeuvre. On constate que ce cher Monsieur Aronofsky maîtrise plus que parfaitement le domaine de l’obession (Requiem For A Dream, Pi).

Au cas où vous n’auriez pas aperçu la bande annonce, la voici, régalez-vous, vous ne pourrez pas résister à la tentation d’aller le voir.

Ah, et Michelle Phan nous a reproduit le maquillage du film, un régal également. C’est ici que ça se passe.

BISOUS_!

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

Après quelques jours d’absence je me suis dit qu’il fallait quand-même que je vous écrive un petit article, histoire de régaler mes chers petits lecteurs.

J’ai donc décidé, pour bien vous faire rire, de vous montrer ma fabuleuse évolution dans le temps.

Voici donc une photo de moi à 15 ans:

Sur cette photo, une jeune fille au naturel, avec un tignasse digne de la crinière d’un lion.

Puis, un beau jour, l’envie me prit de me faire couper les cheveux courts. Très courts. Suite à ceci, TADADADAAA:

Marie, 16 ans, se teint les cheveux en noir, se les lisse deux fois par jour et ne possède qu’un seul fard à paupière, noir.

Voila, maintenant que vous vous êtes bien fichus de ma tronche, vous vous demandez le pourquoi du comment d’un tel article qui, à prima bord, ne semble pas très utile.

Et bien, Mesdames et Messieurs, je tenais à rédiger cet article, en pensée avec toutes les jeunes filles qui sont en âge de leur propre traversée du désert.

Je m’explique: comme toutes les ado, à 14-15 ans, j’étais hyper mal dans ma peau. Complexée à un point que vous ne pouvez pas imaginer. Rien chez moi ne me plaisait. Ni mes cheveux, ni mon corps, ni mon visage, ni mes vêtements, ni ma posture, ni ma voix, ni ma façon de parler, en deux mots: RIEN.

Puis, un jour, je me suis reprise et j’ai décidé de faire ce qui ME plaisait. De ne plus tenir compte des autres, de leurs paroles, de leur avis, la seule chose important était mon avis perso. Suite à cette réflexion, j’ai empoigné le téléphone, et j’ai pris rendez-vous chez le coiffeur, ce qui aboutit à ce style plutôt…intéressant dira-t-on.

Ce que je tiens à faire ressortir dans cet article, c’est que je me rend compte que finalement, le jour ou j’ai appelé mon coiffeur fut l’un des jours les plus beaux de ma vie. Cela peut paraître un peu naïf ou léger, mais ce jour marqua, comme une renaissance. En sortant du salon de coiffure, une nouvelle Marie était née, je ne craignais plus rien, ni personne, vu que je me plaisais.

Je tiens à préciser qu’étant jeune, je fuyais toute marque de féminité. Cela me faisait carrément peur!

Le but de cet article, parce que je m’égare un peu, c’est de dire à toutes les jeunes filles: Mesdemoiselles, ce n’est pas grave si aujourd’hui vous ne voulez pas avoir à faire au monde de la féminité, de la recherche de la beauté. Ce n’est pas grave, vous aurez tout le temps d’évoluer par la suite. Je prend mon propre exemple: si un jour l’on m’avait dit que j’écrirais un blog de la sorte, que je serai passionnée de maquillage, de cosmétiques comme je le suis actuellement, mais j’aurai explosé de rire! Et pourtant! Voyez où j’en suis actuellement ^^.

Marie, on ne saisis pas encore très bien ta pensée. Précise un peu!

La personne que vous êtes maintenant ne définit pas celle que vous serez plus tard. A 13 ans, on pense que l’on est quelqu’un aujourd’hui pour le reste de la vie, mais tant de choses arrivent et vous changent. Ne prenez pas peur de ne jamais réussir à vous intégrer par  manque d’intérêt à un sujet ou à un autre, rien n’est pareil d’un jour au lendemain. Gardez confiance en vous, au final l’important n’est pas de plaire aux autres, mais de vous plaire à vous.

– Marie, on n’a toujours rien compris.

– C’est pas grave. Moi je me suis comprise et je me suis fait plaisir en écrivant cet article.

Le mot de la fin sera la citation d’une amie: “De toute façon, les gens vont te juger au premier regard. Alors autant leur montrer qui tu es vraiment, non?

BISOUS_!

Bonjour à tous.

Il faut absolument que je vous décrive ma superbe soirée de samedi soir.

Pour la Saint-Valentin, mon chéri m’a emmenée au restaurant Ma Mère M’a Dit, à Lausanne. Oui, la Saint-Valentin n’est que lundi, mais de 1: c’est en semaines, et de 2: j’ai une réunion de travail pile ce soir là -.-”.

Bref, ceci n’est pas le sujet. J’ai découvert ce restaurant, complétement fascinée par le cadre, l’ambiance et surtout, par les mets!

Commençons par le décor. La salle principale est très chaleureuse avec de beaux rideaux, une ambiance plus que confortable et une lumière tamisée, très douce. On y trouve un piano contre le mur du fond et partout, des tableaux représentant de petits anges et des chandelles en veux-tu en voilà. Le petit détail en plus, les cartes, présentées dans un cadre assez profond, dans lequel on a placé quelques fleurs séchées (mode romantique: on). Le nom du restaurant colle pile poil avec la déco. On a vraiment l’impression d’être chez une douce maman qui nous accueille et nous gâte avec de bons petits plats.

Et quels plats! Tout commence avec, en amuse-bouche, une mini soupière (l’équivalent de quelques cuillères à soupe) de soupe de légumes, comme nos chères mères savent si bien les faire. En guise d’apéritif, un bon verre de vin blanc frais.

En entrée je pris un tartare de noix de Saint-Jacques au citron vert à tomber par terre. Mon cher et tendre, lui, prit des aiguillettes de poulet sur lit de salade, très bon également (et oui j’ai gouté :)).

En plat principal mon choix porta sur les filets de rouget à l’huile d’olive et au citron. Ce fut tout bonnement un régal. Mon copain, lui, avait pris un filet de porc à la moutarde, servi avec des endives braisées et de petites galettes de légumes. Tout ceci était bien évidemment succulent, accompagné d’un vin rouge léger!

Le dessert quant à lui acheva le chemin jusqu’au septième ciel! Nous prîmes tous deux le moelleux (ou était-ce le fondant?) au chocolat et sa boule de glace vanille. Comment vous expliquer… un RÉGAL! Le chocolat d’une intensité savoureuse, moelleux, cuit ni trop, ni trop peu, en un mot, PARFAIT!

Le service est rapide et agréable. La carte est variée et j’ai hésité très longtemps avant de fixer mon choix. Même les intitulés comprenant des aliments que je n’aime pas m’attiraient, c’est vous dire.

La soirée fut merveilleuse, le cadre vous plonge dans une atmosphère de détente douillette et l’on n’a pas envie d’en sortir.

Je vous laisse découvrir leur carte ou simplement leur site internet.

C’est un endroit que je recommande à tous les amoureux et même aux autres!

Je parie que vous avez faim maintenant 😉

BISOUS_!

Aujourd’hui, encore un article pour les filles (eh bien vouis, j’en suis une et en ce moment je suis plongée dans l’univers du make up et de la beauté, que voulez-vous, j’écris donc là-dessus).

Je voulais vous parler de la parfumerie Douglas.

Il se trouve que par le truchement du pas-exprès (celles qui ont lu “Mon nez, mon chat, l’amour et moi” et ses suites me comprendront) ce magasin merveilleux se trouve sur mon chemin, au retour du boulot.

Imaginez donc, une journée plus ou moins pourrite au boulot et en rentrant à la maison, en trainant les pieds et le sac par terre, vous passez devant Douglas, tel un ilot de détente au cœur de la ville, avec sa jolie vitrine, ses vendeuses toujours souriantes et ses tonnes de maquillage (et surtout le nouveau Infusion d’Iris par Prada qui sent divinement bon!)

Tous les paramètres sont réunis pour vous pousser à rentrer dedans et claquer quelques uns des sousous que vous avez durement gagnés dans la journée.

Pour tout vous dire je n’ai pas encore réussi à tenir plus de deux semaines sans rentrer dedans.

On y trouve du parfum, bien sur, mais aussi du maquillage de marques connues (L’Oréal, Estée Lauder, Clarins) mais aussi d’autres moins connues (NYX, Isa Dora).

Et les vendeuses sont d’une gentillesse. Bon, je vous vois venir: “C’est leur boulot d’être gentilles et d’appâter la clientèle.” Oui eh bien celles qui vous donnent plein de petits cadeaux quand on n’achète qu’un seul article (et le moins cher du magasin) et celles qui vous proposent une place d’apprentissage parce que vous êtes désespérée de la formation que vous faites, je suis désolée mais c’est de la gentillesse et non de la manipulation. Voilà!

Et je me fais manipuler si je veux d’abord!

Bref, parlons maintenant de la CARTE DOUGLAS.

Vous l’aurez compris, il s’agit d’une carte fidélité (qui fonctionne un peu comme la carte fnac): 2.- achetés = 1 point Douglas. Après cent points vous recevez un bon d’achat de CHF 10.- et vous pouvez même recevoir un cadeau à votre anniversaire.

Autant vous dire que Douglas et moi c’est une grande histoire d’amour (mon copain va en être jaloux si ça continue d’ailleurs).

Souvent, après une journée qu’on peut qualifier de m…..e j’aime à y entrer et à côtoyer cet univers de LUXE (haha je vais pas chez Bongenie non plus hein). D’ailleurs j’y entre tellement souvent que je devrais peut-être me poser des questions sur mon quotidien. Autant de journées de M, ça fait beaucoup…

Bref, Douglas, mon nirvana (après les bras de mon chouchou tout de même).

Et vous? Vous aimez?

BISOUS!

P-S. J’ai reçu ma carte et mon bon de dix francs en même temps… ça fait peur non?

Mesdames, mesdemoiselles,

Aujourd’hui je souhaite écrire un rapide article sur le minimum que devrait contenir une trousse à maquillage selon moi.

– Avant tout, je dirais du correcteur et non du fond de teint. Je trouve qu’il est plus important de pouvoir vite dissimuler un gros bouton plutôt que de se repeindre complétement le visage au fond de teint;

– Du fond de teint et/ou de la poudre compacte;

– Un blush et son pinceau;

Un crayon pour les yeux;

– Un tube de mascara;

– Un fard de couleur neutre (rosé ou beige, selon votre préférence);

– Une petite palette de fards de couleurs plus ou moins intenses:

– Un tube de crème de jour;

– Un pinceau plat;

Un baume à lèvres;

Un gloss.
Voilà. Normalement il est possible de survivre avec ceci quelques jours durant. Personnellement je prends toujours presque la totalité de mon matos parce que j’ai toujours peur de manquer de quelques chose. Du coup, chaque weekend en partant chez mon copain, mon sac pèse 30 kilos, alors que je n’utilise que le tiers de ce que j’ai emporté. Mais au mois, je suis parée à toute éventualité.

Si votre trousse à make up peut contenir quelques produits de plus, je vous conseille également:

– Un pinceau estompeur;

– Un rouge à lèvres;

– Un petit pot/tube de base (paintpot de mac ou autre);

– De l‘enlumineur, sous quelque forme que ce soit;

– Un crayon ou un fard à sourcils.

Selon vous cette liste est-elle complète? Faites-moi part de vos impressions/avis 🙂

BISOUS!

Bonjour à tous.

Je souhaite juste vous présenter les produits de la marque LUSH.

LUSH est une marque anglaise, dont le principe est la transparence, les produits naturels et une utilisation intelligente des emballages. En effet, la majorité des produits (savons, boules pour le bain) sont vendus sans emballages. De plus, après cinq petits pots noirs retournés au magasin, on obtient gratuitement un masque pour le visage.

J’aime cette politique de vente simple, avec des produits naturels. Marre des shampoings pleins de pétrole qui laissent un film gras sur les cheveux. Avec les produits LUSH, on a la garantie:

-Qu’aucun test sur les animaux n’a été effectué;

-Que les produits utilisés sont strictement naturels;

-Que les créateurs des produits ont une certaine conscience écologique.

Je ne vous présente dans cette vidéo que quelques articles, mais tous sont géniaux. Je vous ferai plus tard une revue sur les baumes pour les lèvres, ainsi que sur les crèmes pour les mains, tant que la saison froide est là.

Bon visionnage à tous!

Le site de LUSH

BISOUS!

Il est temps de parler un peu sérieusement. Je voulais vous écrire un petit article sur ma politique de vie: Sustine et Abstine.Marc-Aurèle, l'un des principaux adeptes du stoïcisme

De quoi s’agit-il? La traduction française serait: Supporte et abstiens-toi.

Supporte tous les maux sans que ton âme n’en soit troublée. Abstiens-toi de tous les plaisirs qui peuvent nuire à ta liberté morale.

Voilà comment je perçois la chose.

Sustine

Peut-être cela ne tient-il qu’à moi, mais je suis plutôt du genre stoïque. Surtout lorsqu’il m’arrive des choses négatives. Plutôt que de péter les plombs en publique, j’aurai tendance à tout intérioriser et à ne rien laisser transparaître, jusqu’au moment où, seule ou en compagnie de mes proches les plus proches, j’ouvrirai les vannes et déverserai de flots de larmes. Cela tient peut-être de mes origines asiatiques, qui disent que montrer ses émotions est un acte vulgaire et dégradant. Peut-être qu’au fond, cela ne remonte qu’à mon enfance, lorsque mon père disait: si tu veux pleurer, tu vas dans ta chambre. Peut-être est-ce depuis ce jours que je n’ose plus pleurer devant le monde entier… D’une manière générale, je supporte tout ce qui arrive, aux autres et à moi-même. Sans broncher, sans plainte, sans mot dire… Sustine, supporte…et tais-toi.

Abstine

Je me souviens d’un jour, ou plutôt d’un soir, ou j’ai vu pour la première fois une fille totalement saoule. J’étais encore jeune et innocente, et pour la première fois j’ai réalisé que l’être humain n’est en fait que peu de chose et que parfois, souvent, à force de “s’amuser”…l’homme en devient stupide.

Je voyais donc cette fille, le regard perdu au loin, creux, vide de toute expression. Elle n’était plus à ce moment qu’un corps noyé d’alcool et totalement séparé du monde qui l’entoure. Je me suis dit qu’à ce moment précis, n’importe qui aurait pu faire n’importe quoi d’elle. Que si cela se trouvait, elle ne l’aurait même pas remarqué et ne s’en serait jamais souvenu.

Je me suis alors dis, que je voudrais pas être comme ça, privée de toute capacité de raisonnement. Encore aujourd’hui, j’ai un certain dégoût des substances qui privent complétement un être humain de sa capacité à juger, raisonner et agir en conséquences.

C’est pourquoi je suis absolument contre les substances qui voilent, floutent voire même annihilent le raisonnement humain. Vous me direz: Ne bois-tu pas? Si bien sur, modérément et je me souviens toujours de ce qui est arrivé la veille, sans jamais perdre conscience.

Je n’aime pas le fait que certaines choses puissent prendre le contrôle d’une vie, que certaines choses puissent faire perdre à un homme son intelligence, sa bonté, sa fierté…sa raison d’être ou encore son identité…

En d’autres termes:

Supporte et abstiens-toi, endure tout ce que la vie met sur ton passage, cela te rendra plus fort, et garde toujours à l’esprit ta capacité à prendre des décisions intelligentes en tant qu’être humain…

Pendant que j’y pense_!

J'ai découvert que le mot "Geekette" est loin de n'être utilisé que par votre serviteuse. Est-ce qu'un changement de nom du blog s'impose selon vous?

Suis-je la seule à penser que le tact devrait être enseigné à l'école? Non parce que c'est fou ce que certaines personnes peuvent en manquer.