You are currently browsing the monthly archive for juin 2011.

L’autre jour, j’ai décidé de me mettre à lire du Marc Levy. Je suis donc allée dans la première librairie qui se trouvait sur ma route et mon choix s’est porté sur: Sept jours pour un éternité.

Quatrième de couverture

Il a le charme du diable, elle a la force des anges…

Pour mettre un terme à leur éternelle rivalité, Dieu et Lucifer se sont lancé un ultime défi…

Ils envoient en mission leurs deux meilleurs agents…

Lucas et Zofia auront sept jours sur terre pour faire triompher leur camp, décidant ainsi qui du Bien ou du Mal gouvernera les hommes…

En organisant ce pari absurde, Dieu et Lucifer avaient tout prévu, sauf une chose…

Que l’angle et le démon se rencontreraient…

“Une fois encore, Marc Levy triomphe. Et c’est mérité.”- L’Express

Mon avis

Euh, ah?! Personnellement j’avoue ne pas avoir beaucoup accroché… Premièrement, j’ai trouvé Dieu et Lucifer beaucoup trop banalisés, beaucoup trop loin de la mythique image que l’on a d’eux, enfin, peut-être était-ce la volonté de ce cher Monsieur Levy.

Secondo, j’ai trouvé Lucas trop gentil, et Zofia, pas assez. J’ai trouvé les personnages fades (par contre, en imaginant Lucas, j’ai tout de suite l’image de Jeremy Ferrari qui me vient en tête, c’est drôle!). L’idée de départ n’est franchement pas mal, mais il n’y a pas assez de défi, pas assez de méchanceté et pas assez de gentillesse pour contrebalancer. Le principe n’est pas assez bien exploité selon moi… J’aurai voulu plus!

Bon, il reste un point positif, la fin! Elle est assez bluffante, drôle et touchante. Si je vous recommande ce livre? Pourquoi pas…

Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part, de la talentueuse Anna Gavalda, 12 nouvelles, 12 histoires, 12 raisons de pleurer selon moi. Les décrire les unes après les autres vous enlèverait alors tout le charme du livre à sa lecture, alors je me contenterai de vous dire ceci: Levez-vous, allez à la FNAC et achetez-le!

De quoi parlent ces nouvelles? D’amour principalement, de déception, de joie, de sexe, vaguement. A lire, plutôt deux fois qu’une!

Quatrième de couverture

“Voilà, c’est presque rien de bout de chemin avec des passants ordinaires. C’est presque rien, et c’est du grand art. De son écriture gracile, craquante, la pince-sans-rire au coeur gros fait de l’éphémère indélébile et nous chamboule. Elle est vraiment terrible, Anna Gavalda. ” Martine Laval, Télérama

Mon avis

A éviter si vous êtes dépressif (ve) et sinon, à lire bien au fond de son lit, au côté de quelqu’un qu’on aime, parce qu’en refermant le bouquin, c’est fou ce qu’on a envie de serrer quelqu’un dans ses bras. A savourer de toute façon. Je le conseille!

Pendant que j’y pense_!

J'ai découvert que le mot "Geekette" est loin de n'être utilisé que par votre serviteuse. Est-ce qu'un changement de nom du blog s'impose selon vous?

Suis-je la seule à penser que le tact devrait être enseigné à l'école? Non parce que c'est fou ce que certaines personnes peuvent en manquer.